Actualités

02/04/2017

Une vie pro. bien remplie grâce à Auxilia

Clotilde*  A. naît en 1933 au sein d’une famille de 8 enfants, dans la campagne bourguignonne où son père est agriculteur ; sa mère décède alors que la jeune fille n’a pas  encore 17 ans : la tuberculose déjà. Les 2 plus jeunes de la fratrie ont alors 6 et 5 ans ; l’une de leurs tantes, professeure de mathématiques s’occupe beaucoup de ses neveux et nièces.

 

Au tour de Clotilde, âgée d’une vingtaine d’années,  d’être atteinte par la maladie, à une époque où l’usage des antibiotiques n’est pas encore répandu ; elle connaît alors les séjours, très longs, en sanatorium, des traitements éprouvants et l’isolement.

 

Toutefois, sur le conseil de sa tante, à l’âge de 21 ans, la jeune fille entreprend une formation par correspondance, grâce à Auxilia ; son professeur qu’elle n’a jamais vu, mais dont elle sait qu’il est médecin à Mâcon, joue un rôle certainement déterminant dans le choix de carrière qu’elle fait alors : celui d’infirmière. Plus précisément, infirmière sanatoriale**, ce qui permet à la jeune fille une formation en alternance sur place de 2 ans, dans les établissements de postcure successifs qu’elle fréquente, notamment celui de Hauteville, dans l’Ain (l’actuel CRP).

 

Son diplôme obtenu, Clotilde suit pendant un an la scolarité de l’Institut en Soins Infirmiers de Vienne, afin de devenir infirmière diplômée d’État ; puis, le concours réussi, elle entre dans la vie active en tant qu’I.D.E.

 

Tout d’abord, elle travaille en milieu hospitalier, notamment dans le service traumatologie de l’Hôpital Edouard Herriot : elle se souvient de « son » Mai 68 là-bas, des médecins et du personnel en grève, des patients trop nombreux, des heures de travail … Ensuite, après plusieurs années passées à Lyon, les hasards de la vie  font qu’elle revient en Saône et Loire, aux Forges de Gueugnon où, pendant 13 ans, elle travaille comme infirmière du travail, à une époque où l’entreprise compte encore 3 000 salariés. Enfin, Clotilde terminera sa carrière à 60 ans, en tant qu’infirmière scolaire dans un Lycée Professionnel de Paray-le-Monial.

 

Vie professionnelle bien remplie, donc, dans 3 mondes très différents : le milieu hospitalier, le monde de l’entreprise, celui de l’école enfin.

Maintenant en maison de retraite, à Paray-le-Monial toujours, à l’âge de 82 ans Clotilde connaît de graves problèmes de santé liés à sa faiblesse pulmonaire ; ce n’est pas sans nostalgie et une certaine fierté qu’elle évoque son passé et redit sa reconnaissance à Auxilia : sans l’aide initiale de l’Association, jamais elle n’aurait eu un tel parcours professionnel.

 

*Le prénom a été changé

**Un cas particulier de resocialisation des tuberculeux

Partager :  

Les derniers articles

  • Vidéo - Audition de Mme Adeline Hazan

    À l’invitation de la présidente de la Commission des lois de l’Assemblée Nationale une quarantaine de députés se sont rendus dans un établissement pénitentiaire de leur circonscription...

  • CRP : Examens et résultats

    La réussite est au rendez-vous !

  • Semaine pour l'emploi des personnes handicapées

    RGIS accueille régulièrement en stage des adultes en situation de handicap qui suivent une formation dans le cadre d’une reconversion professionnelle

    Souriante, impliquée et à l’écoute, Isabelle, stagiaire CRP Auxilia, a su se rendre indispensable !

    INTERWIEW

  • Point de vue sur la radicalité

    Quelques notes rédigées par Mme Savignac, psychologue et bénévole à l'EAD,  à propos de l’interwiew  d’Hélène LHEUILLET, psychanalyste, concernant le thème de la radicalité. A réécouter sur France Culture.

  • Le numérique en détention

    Alors que l’accès à l’enseignement et à la formation professionnelle est un droit fondamental, il apparait comme un privilège aux yeux de beaucoup, les détenus eux-mêmes et les surveillants.

    Par Jean-Marie Vicens, bénévole Auxilia depuis 2007.