Actualités

10/04/2017

42,195 km dans les rues de Paris ?

Défi relevé pour Jamal, stagiaire du CRP !

Il l’a fait ! Jamal est arrivé au bout de son marathon, le dimanche 9 avril avenue Foch, au bout d’un défi hors du commun, celui de surmonter son handicap, se dépasser et recevoir, pour la 2ème fois, sa médaille de marathonien. Un exploit qu’il a fallu chercher pourtant…

 

Sportif depuis toujours, Jamal pratique la course à pied depuis le milieu des années 90, complété par les entraînements et les compétitions régionales de foot avec ses amis au sein d’une association.

Électricien en bâtiment, il a dû renoncer à son métier, à la suite d’un glaucome sévère qui a affecté son œil gauche, lui faisant perdre la vue dès 1997. Engagé comme stagiaire au CRP en formation DECLIC, il préparait déjà depuis quelques mois sa reconversion professionnelle, avec un projet sous le signe de la gestion des espaces verts, du jardinage, du contact avec la terre.

 

Hélas ce projet est contrarié en début d’année par un diagnostic pessimiste sur ses capacités oculaires à l’œil droit, l’obligeant à revoir et adapter ses orientations avec l’aide de l’encadrement du CRP. Mais la motivation pour courir est toujours là ! Même perturbée, sa préparation marathon se poursuit : 2 séances, entre deux formations, en semaine à Nanterre le long de la Seine, et une sortie longue le weekend, souvent le long du canal de l’Ourcq, pour travailler l’endurance sur cette distance reine.

 

C’est ainsi qu’il se présente, lui le dossard 23615, au départ de cette course mythique ce dimanche 9 avril, peu après 8 heures sur les Champs Elysées. Ayant opté pour un sas 3 h 30 (positionnement au départ choisi par les coureurs en fonction de leur objectif personnel), Jamal n’avait plus vraiment d’objectif chrono en tête, l’essentiel était surtout de participer une nouvelle fois à cette grande communion des runners, de fouler le pavé parisien, et sentir la joie d’être finisher, après plus de 42 km..

 

Et c’est long 42 kilomètres, par une chaude matinée de printemps, quand il faut lutter contre les douleurs musculaires, qu’il faut naviguer avec son handicap dans la foule de coureurs qui s’étirent tout le long du parcours, et quand arrive le fameux Mur, une fois passée l’arche des 30 premiers km..

Réalisant une très bonne première partie de course (le semi atteint en 1 h 47), Jamal subit un peu plus la loi du marathon après 34km, des ravitaillements très légers, et quelques pauses salvatrices afin de reprendre son souffle et se remobiliser pour les derniers km..

 

Il franchit alors la ligne d’arrivée alors que son chrono officiel le gratifie d’un 4h06, à quelques minutes du temps median des hommes sur cette épreuve. Ce qui le positionne à la 17.879ème place de cette épreuve. Et ce n’est pas tout ! Parti d’Argenteuil à vélo pour se rendre jusqu’à la ligne de départ, il fallait bien à nouveau enfourcher son deux-roues et rentrer à la maison !! Respect au sportif.

Partager :  

Les derniers articles

  • Vidéo - Audition de Mme Adeline Hazan

    À l’invitation de la présidente de la Commission des lois de l’Assemblée Nationale une quarantaine de députés se sont rendus dans un établissement pénitentiaire de leur circonscription...

  • CRP : Examens et résultats

    La réussite est au rendez-vous !

  • Semaine pour l'emploi des personnes handicapées

    RGIS accueille régulièrement en stage des adultes en situation de handicap qui suivent une formation dans le cadre d’une reconversion professionnelle

    Souriante, impliquée et à l’écoute, Isabelle, stagiaire CRP Auxilia, a su se rendre indispensable !

    INTERWIEW

  • Point de vue sur la radicalité

    Quelques notes rédigées par Mme Savignac, psychologue et bénévole à l'EAD,  à propos de l’interwiew  d’Hélène LHEUILLET, psychanalyste, concernant le thème de la radicalité. A réécouter sur France Culture.

  • Le numérique en détention

    Alors que l’accès à l’enseignement et à la formation professionnelle est un droit fondamental, il apparait comme un privilège aux yeux de beaucoup, les détenus eux-mêmes et les surveillants.

    Par Jean-Marie Vicens, bénévole Auxilia depuis 2007.